Les plantes vertueuses expliquées aux 6è et 5è segpa

Aujourd’hui l’association va présenter l’une des traditions de Maré, la médecine douce. Un grand nombre de plantes médicinales sont disposées sur une table et nommées en langue nengone. « Chaque famille dispose de recettes particulières pour soigner tel ou tel mal. Certaines sont transmises de génération en génération à l’intérieur du clan, d’autres sont partagées et sont dorénavant la propriété de tous. Chacune a des vertus que nous allons expliquer aux élèves. Il est très important que ce savoir ne s’efface pas avec nous les vieux, que les jeunes puissent aussi exploiter ce que nous offre la nature » explique Pa Kaloï, président de l’association TAPENE. Discrète, la chargée de mission de l’ALK, Académie des Langues Kanak, est justement là pour enregistrer l’atelier afin de retranscrire ce savoir et le conserver. Les vieux Si Nengone disposent d’un puits de connaissances ancestrales que les kanak ne veulent pas perdre, conscients de la grande richesse de leur patrimoine culturel.
Malgré un atelier au grand air, propice à la dissipation, chacun semble captivé par les explications données par les « vieux » de Maré. Les jeunes élèves notent et questionnent avec un intérêt évident. Les façons d’exploiter les bienfaits de ces plantes sont multiples. De certaines, on extraira simplement la sève, comme l’aloès ou lalues en langue nengone, qui apaisera les brûlures. D’autres devront être mâchées, comme la racine d’une fougère appelée shukeli, pour composer un « pansement » naturel qui stoppera le saignement. D’autres encore, une fois bouillis, seront consommer en infusion pour calmer maux d’estomac, de gorge ou de tête. Si la plupart n’ont vocation qu’à soigner le corps, d’autres revêtent aussi une dimension coutumière très importante dans la culture kanak. La feuille de thebo par exemple sera utilisée pour la purge qui débute l’année, celle qui permettra de consommer l’igname nouvelle qui ne peut être reçue que par un corps assaini. Le nouveau-né sera purgé avec la feuille de waikuri avant de recevoir l’aliment nouveau que représente le lait maternel. Une autre plante, mélangée à l’eau de mer, permettra de purger l’enfant devenu jeune fille, pour marquer son passage vers un nouveau statut.

info portfolio

P.-S.

Très attaché à développer la connaissance de leurs racines et donc d’eux-mêmes, le collège de La Roche a inscrit des élèves à chacun des jeudis de TAPENE. Chants, danses, langues, art culinaire,… autant de pratiques traditionnelles kanak ainsi transmises et préservées.

Mise à jour :
10 mai 2016

© Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie 2012 | Plan du site | Contact | s'abonner au fil RSSFil RSS | Se connecter